Galerie photo
RESERVATIONS
Nombre de personnes

1992

La reception

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

Le restaurant

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

La piscine

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

Les gîtes

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne


1995

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne


2008

Le restaurant

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

Le restaurant

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

La piscine

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

La piscine

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

Les gîtes

Camping La Forge de Sainte Marie • Haute-Marne • Champagne

Histoire de La Forge de Sainte Marie

1632 - 1892

Fondation sur la rivière Le Rongeant.

L’industrie métallurgique était implantée de longue date à Thonnance-les-Moulins puisqu’un acte daté de 1632 autorisait François Mathieu à construire un fourneau et un affinerie, lesquels produisaient déjà, en 1772, 400 tonnes de fonte et 275 tonnes de fer.

En 1784, cette usine, située à 1500m en aval de l’agglomération, et dirigée par Mme Mollerat, comportait: une haut-fourneau qui ne fonctionnait que quatre mois par an, deux affineries et un bocard.

En 1818 sa production était 375 tonnes de fonte et 250 tonnes de fer, obtenue à partir de 893 tonnes de minerai de fer lavé et 960 tonnes de charbon de bois; elle occupait 24 ouvriers, 45 forestiers et 26 transporteurs. En 1827 elle occupait 22 ouvriers, dont 7 pour le haut fourneau, 8 forgerons, 4 goujats, 1 remplisseur, 1 martineur et 1 chauffeur.

En 1837, sous la direction de Mme De Maupas, les deux foyers d’affinerie furent remplacés par un four à puddler, le traitement mécanique du fer continuant à être effectué au marteau (méthode champenoise); la production annuelle était alors de 800 tonnes de fonte et 500 tonnes de fer.

En 1856, le haut-fourneau qui était en mauvais état a été entièrement reconstruit.

L’année 1862 voit l’arrêt de l’affinage ; le haut-fourneau reste alors seul en activité, une machine à vapeur secondant la roue hydraulique, pour actionner la soufflerie elbois en 1880, tout semble hors servies. Depuis, une tréfilerie s’est installée dans le bâtiment de l’ancienne usine, mais elle a disparu à son tour.

1892 - 1924

Propriété de Monsieur Joseph Simonnot.

1924 - 1939

Monsieur Léon Pessort, ingénieur d’Orléans achète La Forge. Il désire avoir une fonderie pour les pièces de fonte des bâtis des machines qu’il construit et il cherche des ouvriers compétents en fonderie.

En 1925 Monsieur Léon Pessort installe son gendre André Fugeray et sa fille aînée Marguerite pour entreprendre la fabrication. Celle-ci concerne la laine pour des couvertures, des gants et du feutre pour des crayons feutre.

En 1926 La Forge est bénie solennellement par le Père Prosper Dufour, frère de Mme Pessort. Comme l’on fait la bénédiction d’un bateau, par exemple. A partir de ce moment, La Forge est renommée La Forge de Sainte Marie.

1940

La guerre ruine l’usine. L’occupation allemande et l’arrêt d’approvisionnement en bois d’œuvre, métaux et charbon ont rendu impossible la reprise des fabrications.

1972

Mme Marguerite Fugeray Pessort vend La Forge de Sainte Marie à l'entreprise Roitel de Liffol le Grand pour en faire un site de détente Loisirs à destination, pour partie des employeurs (la maison des maitres de forge, à droite en entrant, là ou se trouvent une partie des gites) et des employés (les bâtiments au fonds à droite, le long de la rivière). Mettre ensemble pour les loisirs, employeurs et employés, ne fonctionna jamais très bien. Cette entreprise laisse tomber en ruine La Forge.

 

1990

M. Gérard et M. De Moustier, propriétaires de campings Castels, ont fait la rencontre de Mme Simone Martin, député européen parlementaire. Ensembles, ils décident de commencer un camping. Avec l’aide du fils architecte de M. Gérard et Simone Martin, le rêve est devenu la réalité.

L’architecte a essayé de garder le vrai style de la forge. Dans le premier bâtiment, il a créé la maison de gardienne, ainsi que l’accueil, l’épicerie et le bar restaurant. Sur la pierre au-dessus de l’entrée de l’épicerie, vous pouvez lire la date « 1792 ». Sur la cheminée du restaurant est gravé « Je me plais dans mon esclavage », marque d’amour porté à sa femme par le maître des forges.

Les sanitaires ont été spécialement conçus dans le style ancien des lavoirs du coin. Les poutres ont été recréées pour l’occasion afin de préserver l’histoire de ce site. Vous trouverez ces sanitaires de style antique dans les petits villages des environs.

1995

La Forge de Sainte Marie reçoit les premiers clients.

1997

Angela Finch (anglaise) et Jacco Lispet (hollandais) arrivent pour gérer le camping.

Avec 10 ans d’expérience dans le tourisme, cela est l’opportunité dont ils avaient rêvé depuis des années. Pour la saison 1997, il n’y avait qu’une seule réservation, donc beaucoup de travail à faire !

2005

Jacco Lispet et Angela Finch achètent l’entreprise La Forge de Sainte Marie. 

2015

La Forge de Sainte Marie fête ses 20 ans! 

 
iCamp